Banaue philippines 4

How many rice with that sir? est une question tout à fait normale dans un restaurant aux Philippines et un repas sans riz est presque inimaginable pour la plupart des Philippins. Pour déjeuner, du riz et du poisson. unlimited ricePour diner, du riz et du
poulet. Pour souper, toujours plus de riz et certainement encore du poulet. Les chaines de fast food ont pignon sur rue dans toutes les villes et même là, toujours le même menu. Du riz et du poulet. Chez PFK identique, chez McDo aussi. Dans les franchises locales, on a l’option unli-rice, DU RIZ À VOLONTÉ!!!! Au marché public, la section riz est plus grande que celle des fruits et légumes et ça se reflète dans les assiettes.

 

philippines rice

On est donc monté à bord d’un Jeepney vers la source de cette obsession, les rizières de Banaue, que les pamphlets touristiques décrivent comme étant la 8e merveille du monde. Ils placent la barre pas mal haute à notre avis .La pluie s’est encore mise de la partie et le trajet de 180 km se transforme en une excursion de 5 heures. La route qui gravit les montagnes est tout juste assez large pour laisser passer deux voitures, encore moins deux jeepneys. À force de grimper, on est maintenant en plein dans les nuages et on voit à peine à quelques mètres devant nous. Les averses ont causé plusieurs éboulis et le chemin est partiellement bloqué par des coulées de boue et de gros rochers. Par endroit, il faut rouler à sens inverse et se rapprocher beaucoup trop près à notre gout du précipice pour pouvoir poursuivre notre trajet. On est heureux de ne pas distinguer le fond du ravin à cause de la brume, mais aussi assez nerveux de ne pas voir les voitures qui arrivent à contre sens.

Une fois sains et saufs au village, on trouve rapidement un hôtel sur la rue principale, à vrai dire sur la seule rue. Assez rudimentaire, un lit c’est tout. Les toilettes sont partagées, pour une douche chaude il faut payer un extra. Il fait froid, c’est humide et ça sent un peu bizarre, mais quelle vue!

banaue hotel view 2

banaue hotel view

Le lendemain matin, il pleut toujours, on enfile nos imperméables et on se dirige tout de même vers le belvédère qui devrait nous permettre de contempler les terrasses de riz. En chemin, on croise plusieurs enfants tout contents de nous dire bonjour et des adultes qui semblent nous trouver un peu con de marcher sous la pluie. On rencontre aussi des personnes âgées en habits traditionnels qui veulent se faire photographier en échange de quelques pesos. Le dos courbé presque à 90 degrés et la peau du visage tellement ridée et épaissie qu’on dirait un vieux cuir tanné à cause de toutes ces années passées penchées à planter du riz au soleil. Un chapeau de plume monté d’un crâne de singe, un genre de g-string en tissu qui laisse les fesses tout aussi ridées bien exposées, des bijoux en bois magnifiquement sculptés et une lance très affilée. Leur look est sublime ! On est vraiment mal à l’aise de payer pour les prendre en photo, ça fait un peu trop zoo dans notre tête. Quand on les quitte, ils sont visiblement déçus. À bien y penser, on aurait dû payer pour la photo. Premièrement, on la voulait vraiment la fameuse photo et deuxièmement, ces gens ont travaillé tellement dur toute leur vie sur ces rizières et semblent si fiers de leur culture que la moindre des choses, pour nous qui visitons ces rizières, seraient de leur offrir un peu d’argent. 

Arrivés au belvédère, la pluie cesse tranquillement, le vent se lève et parait chasser les nuages juste pour nous, même le soleil se pointe le bout du nez. Quel spectacle! À perte de vue, les montagnes sont sculptées en étages et forment des petites terrasses qui se remplissent d’eau dans laquelle des pousses de riz d’un vert splendide sont plantées une à une depuis plus de deux mille ans. Creusées à la main avec des outils rudimentaires, les parois mises bout à bout feraient la moitié du tour du globe et le système d’irrigation est considéré comme étant une merveille d’ingénierie même de nos jours. Peut-être pas la 8e merveille du monde, mais franchement impressionnant.

banaue rice 2

banaue rice

Après quelques dizaines de minutes le soleil nous quitte, les nuages recouvrent le chef d’œuvre du peuple ifugao et nous rentrons à l’hôtel les pieds tout mouillés manger un bon bol de riz avec du poulet.

Laisser un commentaire