Port Barton Philippines 7

port barton

 

Les magazines, les blogues et les sites web de voyage n’en ont que pour Palawan depuis quelque temps. Palawan est l’île à visiter cette année selon les « experts » du voyage, et ne serait rien de moins que la plus belle île sur terre d’après Condé Nast Traveller. Tout le monde parle de la ville d’El Nido comme d’un eldorado d’où on peut partir à la découverte d’îles vierges baignant dans une eau cristalline et encore à l’abri du tourisme de masse. À voir la quantité de shuttles bus qui font la route depuis la capitale, on est sceptiques. Du côté des backpackers, on parle plutôt du village de pêcheurs de Port Barton comme étant THE place to be pour les voyageurs indépendants, avant l’arrivée des tout inclus et des désastres à la Cancún.

À mi-chemin entre Puerto Princesa et le buzz de El Nido, un chemin de terre bifurque vers la côte, 22km qui prendront près d’une heure à franchir, un dune buggy aurait été plus adéquat qu’un vieux bus tout rouillé. On nous débarque devant le marché général, une baraque de bambou et de tôle qui vend bien sûr du riz et quelques autres nécessités. On suit la ruelle poussiéreuse qui mène vers la plage. Il y a quelques poules qui picorent dans un coin, une meute de chiens errants qui passe en grognant un peu et un vieil homme qui a l’air de s’être endormi en rafistolant son filet de pêche. Pas de resort 5 étoiles en vue et c’est parfait comme ça. Il fait un soleil radieux, pas de pluie pour une fois, même pas un nuage à l’horizon et la plage est magnifique.

port barton belvedere

port barton bike

Le soir, la ville est éclairée seulement par quelques ampoules devant les échoppes par ci par là, et il y a même de longs bouts où c’est le noir total pour se rendre au restaurant. Sur la rue principale, on installe des tables pliantes et on peut déguster les prises du jour à la lueur des chandelles et des milliers d’étoiles, avec une bière San Miguel bien froide, c’est romantique à souhait. L’électricité n’est disponible que de 18h à minuit quand elle s’arrête d’un coup sec. Plus de ventilateurs, plus de lumière pour se rendre aux toilettes partagées, plus un son dans le village, sauf le rythme régulier des vagues qui se brisent sur la rive. Une longue marche sur la plage déserte, une petite baignade dans l’eau turquoise, hamac, cocktail et BBQ, nos journées semblent être la description parfaite d’une première date d’un participant à coup de foudre.

Les pêcheurs du village se sont bien organisés et font visiter les îles aux alentours pour un prix fixe et selon des routes bien établies. Pas besoin de négocier, pas de mésentente, et surtout, l’argent va directement aux habitants de Port Barton. Le matin de notre expédition sur les îles, capitaine Jose et son matelot Rommel nous font monter à bord de leur banca, un long bateau avec stabilisateurs en bambou de chaque côté. Ils n’ont pas trouvé d’autres touristes, ce sera donc un tour privé!

port barton boat

On fait un premier arrêt pour admirer les coraux, les centaines de poissons multicolores, les étoiles de mer et surtout nos préférés, les « nemo », qui se cachent dans de superbes anémones. La visibilité est parfaite et ça grouille de vie, c’est magnifique. Rommel, qui a sauté à l’eau avec nous pour nous guider semble avoir autant de plaisir que nous.  On jette une deuxième fois l’encre pour nager avec de grosses tortues de mer qui se montrent tout à fait indifférentes à notre présence. C’est un feeling enivrant.

On accoste sur un îlot qui fait à peine une centaine de mètres. Bordé d’une plage qui paraît sortie tout droit d’un rêve et reliée à une autre île par une fine étendue de sable blanc, au centre une jungle tellement dense qu’il est impossible d’y faire un seul pas, l’endroit idéal pour se faire griller quelques poissons fraichement pêchés.

 

DSC02171

port barton beach

 

On remonte à bord du bateau pour explorer d’autres plages tout aussi paradisiaques, encore un peu de snorkeling et on rentre à Port Barton. Sur la plage en face de l’hôtel il y a un petit attroupement, au centre un jelly fish qui doit faire près de deux pieds de diamètre s’est échoué. Heureusement qu’on ne l’avait pas vu avant, ça ôte pas mal le goût de se baigner. Pas question de prendre un bain de minuit!

The biggest jellyfish I've ever seen!!! And it was still alive 😬 #jellyfish #portbarton #philippines

A post shared by Elaine (@lndurocher) on

Laisser un commentaire