Taxia chine 3

tulou Gaobei

Le village de Taxia, perché dans les plantations de thé du Fujian, est un des plus pittoresques de Chine. Construit sur les berges d’une jolie rivière qui s’écoule des montagnes, plus d’une vingtaine de maisons fortifiées ou toulus sont reliées par d’étroites ruelles. Devant la plupart des demeures, un oiseau en cage chantonne en concert avec le bruit de l’eau qui ruisselle, l’ambiance est tellement paisible qu’on pourrait s’y promener des heures. Au bout de la route, un pont en pierre vouté traverse la rivière et mène à un hall des ancêtres des plus photogéniques. Le soir venu, des lanternes de papier rouge illuminent la route, c’est magique. Une vraie brochure d’information touristique, sauf qu’il n’y a pas un touriste en vue.

Taxia

À moins d’une demi-heure de route, dans le village de Gaobei, se trouve Chengqi Lou. Surnommé le roi des tulous, il s’agit d’une construction grandiose à ne pas manquer. Entouré d’une muraille nouvellement érigée, il faut payer plus de vingt dollars par personne pour y accéder. Ici, rien d’authentique, que des vendeurs de bebelles et des groupes organisés qui mènent un boucan d’enfer, tout le contraire de Taxia. On est accueillis par une dame déguisée en vêtements d’époque qui demande un prix de fou pour être prise en photo. Elle nous suit près de dix minutes en criant. À l’intérieur, c’est la même chose, on nous harcèle pour qu’on débourse un autre dix dollars pour apprécier la vue des niveaux supérieurs. On trouve un coin plus tranquille et on monte subtilement par un escalier qui n’est pas surveillé, ça va faire, on a déjà assez payé comme ça!

Chengqi Lou tulou

Au centre, un temple de pierre est entouré de plusieurs pièces formant deux cercles concentriques. Les fortifications extérieures font cinq étages de haut et leurs terrasses comptent près de 400 appartements qui, à une époque, abritaient un millier de personnes. La structure en bois est impressionnante et les montagnes en arrière-plan sont magnifiques. Ce devait être un village incroyable à sa construction il y a 300 ans. On se promène un peu aux alentours en se demandant à quel point les habitants apprécient le nouveau mur encerclant leurs demeures, surtout qu’à voir la pauvreté dans laquelle ils vivent, ils ne doivent pas du tout profiter des retombées du prix d’entrée.

Chengqi Lou tulou

De retour dans le calme de Taxia, on s’installe au bord de l’eau à la terrasse d’un des deux seuls restaurants du coin. La serveuse sort son téléphone pour faire la traduction. Elle nous suggère le poulet teriyaki et du poisson, leurs spécialités. C’est parfait pour nous. La première assiette arrive, c’est une montagne de petits poissons entiers dans une sauce huileuse. Heureusement, on a commandé autre chose. Elle nous apporte fièrement le deuxième plat, des dizaines de pattes de poulet et la tête, pas de cuisses ni poitrines! Elle nous regarde curieuse de voir si on apprécie. On ne sait vraiment pas quoi manger! On grignote autour des pattes, mais à part la peau gélatineuse et les tendons, il n’y a pas de quoi se régaler. On fait des sourires forcés au personnel du restaurant qui semble tellement content de nous faire découvrir la cuisine locale. C’est la dernière fois qu’on utilise google translate pour commander.

taxia

taxia

Le petit tulou traditionnel en terre et en bois où on loge est parfait. C’est tellement rustique, surtout le soir éclairé par les lanternes. La famille qui y réside est des plus agréable, on passe de beaux moments en leur compagnie à boire du thé, même si on ne parle aucunement le chinois et eux l’anglais.

Tulou hotel taxia #china #tulou #fujiantuluo

A post shared by Jean-michel Frappier (@jmfrappier) on

On s’informe auprès de nos hôtes pour savoir comment quitter Taxia à l’aide de google translate (bien entendu, on est un peu anxieux du résultat). Le lendemain matin, on monte à bord d’un minibus avec ce qui semble être le club de l’âge d’or du village. Tout le monde nous dévisage en fumant des cigarettes. La route sera longue et en plus, on ne sait même pas où elle va nous mener.

Se faire dévisager et emboucaner par des personnes âgées tout le long d'un trajet de bus. #china #taxia #fujian #bus

A post shared by Jean-michel Frappier (@jmfrappier) on

Laisser un commentaire