Grottes de Mati Si Zhangye Chine 14

grottes mati si zhangye chine

Cinq heures du matin, le réveil sonne. Déjà tout habillés de peur d’attraper la lèpre ou toute autre horrible maladie dans notrelit infect, on ramasse nos sacs, épuisés et de mauvaise humeur après une nuit sans sommeil. Complètement frigorifiés, on quitte rapidement la chambre. La sortie de l’hôtel est barrée avec une grosse chaine et un cadenas, excellente idée en cas d’incendie. Le bus quitte dans quelques instants et ce matin, on n’a aucune patience. On martèle donc la porte à grands coups de poing pour réveiller l’homme à tout faire, et possiblement tout le quartier. Il ouvre, lui aussi semble avoir dormi tout habillé, puis sans se presser il part à la recherche de son trousseau de clés. Il les essaie une par une et immanquablement, c’est la dernière qui fonctionne. Au bout de la rue, le bus est sur son départ. On se tape tout un sprint pour le rattraper, puis après seulement deux minutes de route, le conducteur arrête le moteur donc le chauffage, incline son banc, descend sa casquette devant ses yeux et fait une petite sieste, bien pénard. On gèle là un bon 45 minutes sans raison avant de reprendre la route.

Après trois heures en montagne, on s’arrête dans la ville de Hezuo pour prendre un autre bus vers Lanzhou, mais il nous manque trois yuans pour acheter les billets, ce qui fait environ soixante sous. Le temps de trouver un guichet pour retirer de l’argent, il est déjà trop tard. On tente de s’informer à propos du prochain départ, mais là encore, personne ne comprend évidemment. On répète donc Lanzhou à tout le monde jusqu’à ce que quelqu’un nous fasse signe de nous dépêcher et nous pousse dans un taxi. On traverse la ville à toute vitesse, puis on aperçoit le bus que l’on prend en filature dans le trafic, comme dans un film d’action! On le rattrape à une lumière rouge. Le chauffeur de taxi ne veut pas d’argent et nous fait sortir rapidement de sa voiture avec l’air bête. Encore une fois c’est à n’y rien comprendre, mais on vous l’a déjà dit, on ne se pose plus de questions, on a lâché prise. Impossible de tout expliquer en Chine.

À Lanzhou, on se rend compte que la station d’autobus est à une extrémité de la ville et la station de train à une autre. On fait le trajet dans une navette terriblement bondée, deux dames très en chair assises sur nos genoux. La file d’attente pour les tickets de train est interminable et quand arrive notre tour, il n’y a plus de billets. Il faudra patienter jusqu’au lendemain matin. Finalement on n’est pas trop déçus, une nuit dans un wagon couchette après celle passée dans l’hôtel insalubre de la veille ne nous tente pas trop. On se gâte avec un bel hôtel et on passe la journée suivante dans le train jusqu’à Zhangye.

Pour visiter les grottes de Mati Si, un bus doit d’abord nous mener au village de Mati He. On achète nos billets avec une heure précise imprimée dessus, ça c’est rare! On démarre parfaitement à l’heure, quelle surprise! C’était trop beau pour être vrai! On roule à peine dix minutes, on s’arrête et on se fait dire de changer de bus. On monte à bord du deuxième bus, il met une bonne heure avant de partir. De Mati He, on prend un taxi jusqu’à Mati Si et après deux jours dans les transports en commun, on est ENFIN arrivés!

mati si zhangye chine

Au beau milieu des montagnes il y a la billetterie, un autre bâtiment énorme complètement vide. Les grottes se trouvent à cinq kilomètres plus loin. Pourquoi ne pas l’avoir construit là-bas est un autre mystère chinois. Pas de bus, pas de taxi, on doit marcher mais heureusement, le paysage est magnifique. Comme nous sommes les seuls touristes, on a l’avantage de profiter de cet endroit enchanteur dans un calme bien mérité.

mati si zhangye chine

Entre le 5e et le 14e siècle, une série de grottes ont été creusées dans le roc du mont Qilian. De l’extérieur, des pavillons de bois colorés semblent inaccessibles, perchés comme par magie sur les parois rocheuses à plusieurs dizaines de mètres du sol. À l’intérieur, une série de passages étroits les relie à des temples et des salles de méditation couvertes d’inscriptions bouddhistes et décorées de statues et de murailles éclatantes. Somme toute, ça valait vraiment le coup d’avoir parcouru toute cette route pour voir un site aussi incroyable.

mati si zhangye chine

mati si zhangye chine

mati si zhangye chine

 

Laisser un commentaire