Arslanbob à Bishkek Kirghizstan 4

arslanbob à bishkek kirghizstan

La route vers Bichkek, la capitale du Kirghizstan, fait à peine 400 km. Mais avec deux passes en montagne à plus de 3000 mètres sur une chaussée en piètre état, le trajet prend normalement plus de dix heures.

La famille chez qui on loge nous a organisé un transport partagé pour le voyage. Sept heures du matin, on monte à bord de notre taxi, un Landcruiser ultra confortable, c’est la grande classe. Le chauffeur refile de l’argent à la grand-mère pour nous avoir référés et on part chercher d’autres clients à leur hôtel. Ils semblent déjà partis, notre conducteur est furieux. On roule jusqu’à la place centrale du village pour espérer trouver d’autres passagers. Après plus d’une heure d’attente, toujours aucun client. De l’argent est échangé et on transfère dans un autre taxi. Une vieille Lada, certainement un grand luxe du temps du communisme il y a plus de trente ans, mais qui a maintenant l’aspect d’une épave bonne pour la ferraille.

arslanbob kirghizstan

Encore une heure à patienter quelques coins de rue plus loin sans aucune raison apparente et on démarre enfin. Il est neuf heures. Le vieux chauffard qui pilote comme un demeuré ne parle pas un mot d’anglais. On a beau tenter de lui expliquer avec des gestes paniqués que conduire la pédale dans le tapis dans le milieu de la route, une roue dans chaque voie en frôlant les voitures des deux côtés, c’est VRAIMENT PAS le bon moyen de dépasser, mais on est incapable de se faire comprendre. Une heure à zigzaguer à toute allure dans le trafic, en sueur, les ongles enfoncés dans la banquette jusqu’à ce qu’on arrête enfin, surpris d’être toujours en vie.

On se trouve dans la ville de Bazar Kordon au sud d’Arslanbob….. on devait aller vers le nord!!! Ce qui ajoute près de deux heures à notre trajet. Au croisement de deux avenues principales, c’est l’endroit idéal pour que notre fou de la vitesse trouve une voiture qui fait la route complète jusqu’à Bichkek. On change de taxi pour une troisième fois! Le psychopathe prend son argent et repart chercher la mort au volant de sa Lada.

Notre nouveau chauffeur de taxi utilise lui aussi la << voie du milieu >> et trouve qu’à 160 kilomètres heure dans une courbe au bord d’un précipice, c’est le moment parfait pour nous montrer des photos de ses enfants sur son téléphone. Ça va être pénible. Heureusement, les montagnes sont magnifiques, on a rarement traversé des paysages aussi grandioses.

arslanbob à bishkek kirghizstan

arslanbob à bishkek kirghizstan

On prend une pause bien méritée dans un petit resto. En ouvrant la porte, l’odeur nous frappe. On aperçoit le plat du jour dans toutes les assiettes, de belles pattes de chèvre avec les ongles et tout. Habituellement on aurait essayé, mais notre estomac risque de ne pas le tolérer, surtout pas après toute cette route sinueuse. Pour aujourd’hui, on est végétarien! Ça fait rire aux éclats tous les clients, il faut vraiment être bizarre pour ne pas manger de viande. On nous apporte tous les deux six œufs miroir et un bout de pain. Le concept du végétarisme n’est manifestement pas encore rendu au Kirghizstan.

Un peu plus loin, notre chauffeur s’arrête au bord d’une fermette nous acheter des concombres et de la rhubarbe qu’il lave dans l’eau brunâtre d’un ruisseau qui coule juste à côté de l’enclos des vaches et du trafic. C’est tellement gentil, on ne peut pas refuser. Nos intestins vont probablement en souffrir demain.

On monte depuis des heures, la végétation disparaît tranquillement et le sol se recouvre de neige. Une vingtaine de voitures sont garées devant un tunnel. On dirait plutôt l’entrée d’une mine, les plus gros camions y passent à peine. Une seule voie sur deux kilomètres, on doit donc attendre patiemment notre tour. Comme éclairage, une petite ampoule environ tous les cent mètres, on ne voit pratiquement rien. Il n’y a aucun système de ventilation. On nous informe qu’il y a quelques années, un gros accident a causé la mort de plusieurs personnes, toutes empoisonnées au monoxyde de carbone. On se sent soudainement claustrophobes.

arslanbob à bishkek kirghizstan

Une fois le tunnel et la dernière passe en montagne franchie, tout le monde semble finalement relaxe. On monte le volume de la radio et on fait un peu de hors-piste pour célébrer et prendre quelques photos. C’est la fête jusqu’à Bichkek où on arrive enfin après quatorze heures de route éprouvantes.

arslanbob à bishkek kirghizstan

Laisser un commentaire