Turkestan Kazakhstan 2

mausolée turkestan kazakhstan

C’est avec un peu de difficultés que nous quittons le confort et la modernité d’Almaty pour poursuivre notre voyage à la découverte des vestiges de la route de la soie. Le train vers l’ouest à travers le désert jusqu’à la ville sacrée de Turkestan prend une vingtaine d’heures de route. On partage la cabine avec deux dames qui semblent assez surprises de nous voir là. Elles nous apprennent quelques mots de russe autour d’une tasse de thé et on passe une belle nuit, bercés par les ballotements du train.

Le lendemain, vers onze heures, le train arrive finalement à la gare de Turkestan. Affamés, on se rend aussitôt dans un petit restaurant suggéré par le propriétaire de notre hôtel. Le menu est uniquement en cyrillique. On commande donc la seule chose que l’on sait dire en russe, des shashlik et deux piva. Des brochettes d’agneaux, des oignons marinés et de la bière bien froide, le petit déjeuner des champions! Le ventre plein et bien relax après quelques bocks, on part explorer la ville sous le soleil tapant.

mausolée turkestan kazakhstan

Ahmed Yasawi, un des premiers grands poètes mystiques musulmans à composer en langue turque, fonda l’ordre soufi des Yasawiyya dans la ville de Turkestan. À sa mort en 1166 son tombeau devint un lieu de pèlerinage prisé des musulmans de la région. Timour le Grand, conquérant d’une bonne partie de l’Asie centrale et occidentale, fondateur de la dynastie des Timourides (on vous reparlera de lui une fois en Ouzbékistan) fit recouvrir la sépulture d’un spectaculaire mausolée en 1389. Le saint homme est tenu en si grande estime que la ville est surnommée la deuxième Mecque de l’est et qu’une tradition locale veut que trois visites du complexe équivaillent à un hadj à la Mecque. On y trouve aussi un ancien hammam, quatre autres mausolées, les tombes de plusieurs khans kazakhs (les anciens souverains) et celle de la petite fille de Timour.

Ramadan kareem!!

A post shared by Elaine (@lndurocher) on

Nous sommes les seuls touristes occidentaux, pourtant l’endroit vaut amplement le détour. Les céramiques turquoise, le dôme de 18 mètres et les inscriptions coraniques sont tout simplement sublimes. La façade ne fut jamais terminée suite à la mort de Timour, on peut donc observer la technique de construction qu’utilisaient les maçons avant la pose des décorations finales. Les anciens troncs d’arbres qui servaient certainement d’échafauds sont même toujours en place. Heureusement, les responsables des travaux de rénovation récents n’ont pas fait trop de zèle, le site est magnifique. On adore tellement l’endroit qu’on y passe plusieurs heures à observer les chefs-d’œuvre d’art musulman, les gens et le jardin de roses malgré le soleil qui plombe et la température qui frôle les 45 degrés.

mausolée turkestan kazakhstan

mausolée turkestan kazakhstan

mausolée turkestan kazakhstan

Le soir venu, on retourne manger d’autres grillades au même endroit. Il va falloir se mettre à l’étude du cyrillique si on ne veut pas faire du cholestérol !

mausolée turkestan kazakhstan

Laisser un commentaire