Bukhara (Boukhara) Ouzbékistan 3

mir i arab medressa bukhara

Bukhara n’a pas changé depuis des siècles, les incroyables monuments de la vieille ville racontent une histoire fascinante qui a débuté il y a plus d’un millénaire. Se promener dans les ruelles poussiéreuses à la découverte des anciennes écoles coraniques, de la citadelle, des somptueuses mosquées et des minarets qui s’élèvent vers le ciel est un incroyable voyage dans le temps jusqu’à une époque où la ville sainte était une étape incontournable sur la route de la soie. Les marchands d’épices, de tapis, de céramique et d’autres denrées exotiques sont toujours là, mais heureusement, le marché des esclaves qui a enrichi les nobles de Bukhara pendant plusieurs générations a laissé sa place à des étales d’artisanat local.

On s’installe dans une petite auberge d’à peine cinq chambres en plein centre de la vieille ville. La famille au grand complet nous accueille dans la cour intérieure avec des biscuits, du pain, de la marmelade d’abricot maison et bien sûr une tasse de thé sucré. Ils nous conseillent un restaurant pas trop loin, au bord de la fontaine Lyabi-Hauz. On y passe notre première soirée rythmée au son d’un groupe de musique traditionnel à déguster de succulentes grillades et boire du thé à l’ombre des mûriers centenaires.

lyabi hauz bukhara ouzbékistan

lyabi hauz bukhara ouzbékistan

En été, il fait chaud, très chaud. Déjà plus de quarante cinq degrés à l’heure du déjeuner. C’est peut-être la chaleur ou le début du ramadan qui fait fuir les touristes, mais mis à part quelques groupes en tour organisé qui passent très rapidement, on a les sites pratiquement pour nous tout seul.

kalon mosquee bukhara

ulugbek medressa bukhara

ulugbek medressa bukhara

kalon mosquee bukhara

bukhara kalon

bukhara wall

abdul aziz khan medressa bukhara

En trois jours, on a eu le temps de visiter les sites les plus grandioses, mais aussi les coins plus reculés. Il suffit de marcher quelques instants sur une des allées qui bifurquent de la rue principale pour tomber sur une magnifique demeure de riche marchand laissée à l’abandon depuis des années ou sur un mausolée oublié. On aime observer la vie quotidienne des habitants à l’écart du centre. Se perdre dans les vieux quartiers est l’une des choses que l’on a le plus appréciées de Bukhara.

bukhara market

bukhara street

old door bukhara

Après toute cette visite sous le soleil, prendre une bière froide en terasse nous semble une excellente idée, mais comme le Ramadan commence aujourd’hui et qu’on est installés juste en face d’une mosquée, on se contente de thé pour ne pas choquer personne. Les deux dames ouzbèques à la table voisine semblent particulièrement joyeuses même si elles ne boivent que de l’eau. On se dit qu’on n’a pas besoin d’alcool pour faire la fête et on se commande un festin de salades et de shashlyk. Do you want vodka with that? On réalise soudain que tout le monde autour de nous se calle de la vodka comme si c’était du petit jus, cul sec, pas de grimace! Des vestiges de l’occupation soviétique. On se commande un petit pichet de vodka bien glacée, puis un autre et un …………………….

vodka bukhara

Le lendemain matin, ou plutôt le lendemain midi à notre réveil, dans un état pitoyable, faire de la route en pleine canicule avec un mal de tête atroce ne nous intéresse pas du tout, on passe donc une autre journée à Bukhara. Le plus loin possible de la bouteille de vodka.

ismail samani mausoleum bukhara

chor minor bukhara

Laisser un commentaire