Khiva Ouzbékistan 4

Les caravanes de marchandises exotiques et d’esclaves qui arrivaient enfin à Khiva après une périlleuse excursion de plusieurs mois à travers le désert à la merci des tribus barbares et des tempêtes de sable devaient pousser un profond soupir de soulagement à la vue des murailles impénétrables de la forteresse. De nos jours, il suffit de monter à bord d’un taxi pour faire la même traversée de ces contrées arides en quelques heures. En route, on s’arrête brusquement au bord du chemin pour aller rejoindre plusieurs curieux qui observent une voiture incendiée encore fumante. Quelques mètres plus loin, deux bêtes semblent elles aussi avoir été brûlées. En regardant d’un peu plus près les restes de ce que l’on s’imaginait être deux chèvres, on reste figés, quelle horreur! Il s’agit en fait de deux personnes complètement calcinées. Le chauffeur semble inquiet et retourne rapidement à la voiture sans nous expliquer ce qu’on vient de voir et on a l’impression qu’il vaut mieux ne pas trop poser de questions.

Encore sous le choc, on s’installe dans une belle auberge juste à l’extérieur de la vieille ville. De la terrasse, on aperçoit les remparts de plus de dix mètres de haut qui protégeaient autrefois les marchands venus de partout à travers le monde. On y prend le thé en imaginant ce que cette citadelle, comme un oasis en plein coeur du désert, devait représenter pour les voyageurs épuisés. Ça nous change un peu les idées.

khiva ouzbékistan

muraille khiva ouzbékistan

Après le souper et plusieurs tasses de thé, on fait un tour tranquille dans les rues étroites délimitées par des murs de terre ocre qui contrastent magnifiquement avec le ciel bleu de la tombée du jour. Un peu perdus dans le dédale des ruelles monochromes, on débouche par hasard sur un vieil escalier qui semble monter jusqu’au sommet de la muraille. On gravit les marches ou plutôt on escalade ce qui en reste. On se promène le long de l’enceinte avec une superbe vue sur Khiva. Par endroit, la terre s’effrite dangereusement et il y a de gros trous, le tout semble sur le point de s’écrouler. Un peu inquiets et pas trop certains d’avoir le droit d’être là, on prend rapidement quelques photos et on rebrousse chemin.

remparts khiva ouzbékistan

Une porte entrouverte nous laisse apercevoir de superbes céramiques turquoise peintes de motifs délicats. Poussés par notre curiosité, on entre pour observer de plus près. On découvre une magnifique cour intérieure richement décorée que l’on n’aurait jamais pu deviner de l’autre côté des murs de glaise. C’est la salle du trône du Khan, l’ancien roi de Khiva. Comme il n’y a pas de garde de sécurité, on en profite pour faire la visite complètement seuls et gratuitement. On passe dans une autre pièce tout aussi splendide et puis au bout d’un long corridor, on se fait surprendre par la dame qui fait le ménage. On s’attendait à se faire foutre à la porte, mais en échange d’un petit pourboire, elle nous indique l’entrée de la tour de garde d’où on peut admirer tous les monuments de Khiva d’un seul coup d’œil. Certainement le dollar le mieux investi de tout le voyage!

khiva ouzbékistan

khiva ouzbékistan

khiva ouzbékistan

khiva ouzbékistan

Le lendemain matin, on se lève tôt pour explorer la ville avant que le soleil ne plombe. Le déjeuner est inclus avec la chambre, on nous sert chacun une théière, du jus, une grosse omelette, trois sortes de pâtisserie, une montagne de fruits, des abricots confits, du pain avec des marmelades maison, une salade de tomates et concombres, du yoghourt frais, trois sortes de fromage, des tranches de divers saucissons bien gras, du sarrasin bouilli, du poulet frit et des patates pilées. Après avoir tout mangé, on a dû faire une petite sieste. On a donc visité Khiva en après-midi par plus de 45 degrés!

Il y a plus de 50 monuments historiques incroyables à découvrir, un palais, des médersas, des mosquées, de hauts minarets dans lesquels on peut monter et plusieurs petits musées super intéressants. Un seul billet donne accès à la plupart des sites que l’on peut facilement visiter à pied en une bonne journée.

minaret khiva ouzbékistan

vieil homme khiva ouzbékistan

khiva ouzbékistan

khiva ouzbékistan

khiva ouzbékistan

Un de nos coups de cœur, la mosquée Juma, compte 218 colonnes de bois finement sculptés dont quelques-unes datent du dixième siècle.

mosquée juma khiva ouzbékistan

Une superbe tour trapue à la maçonnerie élaborée et décorée de céramiques bleues, le Kalta Minor, devait être le plus haut minaret jamais construit, assez haut pour voir jusqu’à Bukhara mais malheureusement, il ne fut jamais terminé. La légende veut que le Khan ait réalisé que le muezzin, du haut de la tour, aurait eu une vue plongeante sur son harem et à la débauche qui y régnait et a donc brusquement mis fin à la construction.

kalta minor khiva ouzbékistan

Si on avait à faire un top 10 des endroits les plus impressionnants que l’on ait visités à travers le monde, Khiva en ferait assurément partie.

céramique khiva ouzbékistan

marché khiva ouzbékistan

ruelle khiva ouzbékistan

Laisser un commentaire